Les spectacles de Karine Saporta

Phaeton

Spectacle chorégraphique de Karine Saporta d’après l’opéra de Jean-Baptiste LULLY. Conception, mise en scène et chorégraphie : Karine Saporta (Une production de l’opéra de Lyon)

Surnommé à sa création « l’opéra du peuple », PHAËTON, tragédie lyrique de Lully créée en 1683 sur un livret de Quinault, est inspiré des Métamorphoses d’Ovide. Il raconte l’histoire d’un héros qui n’est rien moins que le fils du soleil.

Hélas pour lui, le fils du plus puissant des Dieux (Phaeton) se trouve être de condition mortelle. Il a donc, de ce fait, interdiction de conduire le char solaire. Mais un jour, pour briller aux yeux de la princesse d’Égypte qu’il entend séduire dans l’idée de monter sur le trône de ce puissant pays, il décide de passer outre l’interdiction divine. A conduire donc  sans autorisation paternelle les chevaux de feu, il commet l’acte fatal. Sa chute, provoquée par un orgueil démesuré, manque de faire périr la planète.

Dans cette mise en scène éblouissante d’un mythe dédié à la lumière, la sophistication est poussée à son paroxysme et rend parfaitement hommage à la beauté du plus flamboyant de tous les opéras de Lully écrit en son temps pour le « Roi soleil ».

La chorégraphe Karine Saporta y fait danser la terre, les astres, les saisons, les heures du jour… Elle nous éblouit à force de divertissements radieux, nous entraînant successivement dans les décors les plus grandioses : jardins immaculés de la déesse Astrée, tumultueux fonds marins des divins Triton et Protée, l’un facétieux, l’autre prophétique … jusqu’à la demeure du plus puissant des Dieux, ruisselant d’ors et de magnificences : le palais du soleil.

Avec une infinie délicatesse, elle nous invite à goûter la beauté poétique des vers de Quinault tout au long des nombreux et bouleversants récitatifs. Complice des sortilèges que provoquent les Dieux et figures mythologiques propres à l’opéra baroque, elle nous guide à travers les labyrinthes de cette tragédie lyrique dont le final semble prémonitoire des méfaits du réchauffement climatique : magnifique point d’orgue où la terre asphyxiée, victime des fumées produites par l’embrasement du char solaire, gémit.

Les costumes créés par Sylvie Skinazi (coloriste auprès du styliste Christian Lacroix) constituent le magnifique écrin d’une danse contemporaine, inspirée du vocabulaire baroque

  • Vendredi 29 et samedi 30 juin à 20h30
  • Samedi 7 juillet à 20h30
  • Dimanche 8 juillet à 20h30
  • Vendredi 13 et samedi 14 juillet à 20h30
  • Dimanche 15 juillet à 20h30
  • Vendredi 20 et samedi 21 juillet à 20h30
  • Dimanche 22 juillet à 20h30
  • Vendredi 27 et samedi 28 juillet à 20h30
  • Dimanche 29 juillet à 20h30

Tarif : 13€


Belle au bois dormant, de larmes écarlate(s)

Conception, chorégraphie et mise en scène : Karine Saporta

Les plus petits comme plus grands découvriront ou reverront avec bonheur ce spectacle dont les costumes éblouissants du costumier Patrick Terroitin participent de la magie ambiante : tutus – feuilles, tutus – choux, hennins, robe rouge écarlate, soies brochées, nervurées … Et pour ce qui est de la danse : toujours empreinte d’une énergie juvénile, la chorégraphie de Karine Saporta est radieuse.

Cette version contemporaine du ballet de Marius Petipa résulte d’une commande du Ballet Théâtre d’Ekaterinbourg. Entre propos classique et modernité hip hop, le spectacle évolue de façon subtile d’une esthétique à l’autre. « La belle au bois dormant » de Karine Saporta ravit autant qu’elle « décoiffe ». Nous permettant à l’instar de la jeune héroïne de passer à travers le miroir.

La danse se métamorphose habilement d’un acte à l’autre. Évoluant comme par enchantement, une fois les codes virtuoses du mouvement académique exposés vers la gestuelle des danses urbaines.

  • Vendredi 3 et samedi 4 août à 20h30
  • Dimanche 5 août à 20h30
  • Vendredi 10 et samedi 11 août à 20h30
  • Vendredi 17 et samedi 18 août à 20h30
  • Dimanche 19 août à 20h30
  • Vendredi 24 et samedi 25 août à 20h30
  • Dimanche 26 août à 20h30
  • Vendredi 31 août à 20h30
  • Samedi 1er septembre à 20h30

Tarif : 13€