Les rendez-vous de la Mue – Théâtre

Samedi 18 février – 20h30 : IL Y A EU NAISSANCE DE LA MUSE, Compagnie du Crépuscule
Cette performance raconte l’histoire d’un jeune photographe qui découvre l’art poétique grâce à la photographie. + un rendez-vous Danse


Dimanche 19 février – 16h : LE TITRE EST AMOUR, Compagnie El Temblor
Dyptique scénique mettant en scène la rencontre entre deux personnalités opposées.


Samedi 25 février – 20h30 : APPEL À RÉSIDENCE, Compagnie Les Fantins
Cette compagnie sortant de l’École du Studio d’Asnières nous présente un projet s’articulant autour des films d’Éric Rohmer.


Vendredi 3 mars – 20h30 : LE BUREAU DES EXILÉS, Compagnie 13R3P
Une seule en scène dont l’unique personnage, Coline Thomas, travailleuse sociale, raconte : dans un bureau sans âme, elle accueillait de jeunes migrants aux premiers jours de leur arrivée en France.


Dimanche 5 mars – 16h : MALGRÉ LES MORTS, J’AURAIS VOULU UNE FIN HEUREUSE, Compagnie Le Sens Opposé
Le Sens Opposé a pour vocation de défendre un théâtre contradictoire, naïf, cynique et corrosif qui interroge la nature humaine sans détours ni concessions.


Samedi 18 mars – 20h30 : BIG SHOOT, Compagnie Une Peau Rouge
Big shoot propose au public une plongée dans un enfer qui lui est étranger mais proche cependant, aux frontières de l’humain et de l’inhumain.


Vendredi 31 mars – 20h30 : SPLENDID’S, Compagnie Les Reformances
Adaptation libre du texte éponyme de Jean Genet, s’inscrivant dans le cycle de ses œuvres carcérales.


Vendredi 14 avril – 20h30 : BARAQUE 34, Compagnie du Chiendent
Etty H souhaite opposer à la violence une autre réponse que sa pareille. Il s’agit d’y retrouver un sens de vie, malgré tout.


Samedi 15 avril – 20h30 : DANS LA SOLITUDE DES CHAMPS DE COTON, Compagnie L’homme qui marche
Deux hommes placés sur le minuscule segment temporel où le chien devient loup se rencontrent et s’affrontent dans un duel de paroles.


Vendredi 21 avril – 20h30 : CAVERNE (FABLES DE VIE), Compagnie Instant(s)
À partir des écrits de La Fontaine et de Platon, cette pièce donne à voir la relation entre deux individus, leurs parcours de vie, leurs relations à l’autre.


Samedi 22 avril – 20h30 : LE GARS, Compagnie Gyntiana
La compagnie Gyntiana propose une adaptation scénique du poème dramatique de la poétesse russe Marina Tsvetaeva.


Vendredi 28 avril – 20h30 : LE SHAGA, Compagnie La Carambole Mûre – Une pièce tordante et féroce dont la folie est la principale héroïne.


Lundi 8 mai – 16h : SUSAN BOTTE DEVIENT CONNUE, Théâtre Variable n°2
Spectacle pour enfants, marionnettique et chanté, sur la violence des normes.


Vendredi 12 mai – 20h30 : LITTORAL, Compagnie Esbaudie
Ce spectacle présente le voyage initiatique de Wilfried, jeune personnage aux aspects œdipiens.


Vendredi 19 mai – 20h30 : LETTRE À DR K, Compagnie La Divine Bouchère
Des années après le chaos, une jeune femme écrit à sa psychiatre pour lui dire que tout va bien ; le moment pour elle de regarder en arrière…


Vendredi 2 juin – 20h30 : LE CONTRAT DES ATTACHEMENTS, Compagnie L’eau qui brûle
L’eau qui brûle nous propose ici un spectacle à l’esthétique épuré de toute scénographie, faisant apparaître le texte au premier plan.


Dimanche 2 juillet – 16h : PROTAGORAS OU LA VERTU COMME ART, Compagnie Labform
Par le biais du théâtre, cette compagnie propose de redécouvrir les dialogues de Platon sous une forme ludique.


Vendredi 30 juin – 20h30 : EN SOI, OU LA NÉCESSITÉ D’AVOIR UN SOI, Compagnie Myocarde
Parce qu’il existe un “truc” en nous, au plus profond de notre être, qui peut tout changer… Qui sommes nous ? Quel est ce “truc”?


Vendredi 21 juillet – 20h30 : DYPTIQUE MARIO BAPTISTA (soit le Départ), Compagnie de l’Astre
Spectacle composé de deux textes inédits, deux facettes totalement différentes du même auteur.


Vendredi 1er septembre – 20h30 : SOUS LA CHAIR, Théâtre du Voyage Intérieur
Il s’agit ici de révéler ce qui ne se voit pas de la femme: donner à entendre, à voir et à ressentir l’intime du vécu féminin.


Samedi 23 septembre – 20h30 : C’EST POUR TON BIEN, Les filles d’Alice
Alice Miller est une femme qui a écrit une douzaine de livres sur la violence éducative. Elle pense que l’être humain est un être naturellement bon, naturellement adapté à la vie et que le mal serait une conséquence de la violence inscrite dans nos principes éducatifs.


Vendredi 29 septembre – 20h30 : KALI-BLAKE, Compagnie Hesperos
Une pièce rock’n’roll, jeune, lumineuse et poétique.


Samedi 11 novembre – 20h30 : RIEN NE SE PASSE JAMAIS COMME PRÉVU, Compagnie des 3 sentiers
Ce spectacle à destination du jeune public traite des questions de l’adolescence : pourquoi s’ennuie-t-on à 15 ans ? Contre quoi se révolte-t-on ?